Après le valsartan, l’irbésartan serait lui aussi contaminé…

Selon un communiqué de l’ANSM du 11 janvier 2019 certains lots d’irbésartan, comme  de valsartan dont nous avons déjà parlé,  seraient contaminés par des substances potentiellement cancérigènes, le NDMA, N-nitrosodiméthylamine et le NDEA, N-nitrosodiétylamine. 

Le médicament princeps de l’irbésartan, l’Aprovel* ne serait pas impliqué dans ce type de contamination, information  que j’ai obtenue par téléphone du Laboratoire Sanofi le 14/01/2019, la solution la simple pour ne pas avoir à trier parmi les génériques contaminés et non contaminés serait de recourir à l’Aprovel*.

A cette crainte autour des sartans s’ajoute l’augmentation du risque de cancer du poumon chez les personnes traitées pendant de 5 ans par les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, IEC, les -pril. Voir un  article précédent.

 

Laisser un commentaire